Alexandre Douguine


LA METAPHYSIQUE DU NATIONAL-BOLCHEVISME

1. Les ennemis de la societe ouverte

Pour comprendre la coherance phylosophique de l'Ideologie national-bolchevique qui exerce de plus en plus d'influence sur la jeunesse contestataire et nonconformiste en Europe et surtout en Europe de l'Est et Russie, il faut absolument lire le livre fondamental de Karl Popper "La societe ouverte et ses ennemies". C'est ce livre et non pas les ecrits de Niekisch, Oustrialov ou Thiriart qui aide plus degager les traits essenciels de la theorie "metaphysique" de courant en question. Les interets des theoriticiens memes du national-bolchevisme historique se situaient plutot dans le domain de la politique concrete et les doctrines purement phylosophiques n'etaient pas elaborees par eux dans la mesure necessaire.

Popper a devellope de con cote la typologie fondamentale pour notre sujet. Selon lui l'histoire de l'humanite et l'histoire des idees se divisent en deux moities (inegales d'ailleurs). D'un cote il y a les partisans de "la societe ouverte", qui represente pour lui la forme de l'existance normale des individus rationnels (tels sont pour lui tous les hommes) qui basent leurs comportements sur le calcul et la volonte personnel supposee libre. L'ensemble de tels individus doit logiquement former la "societe ouverte" essenciellement "nontotalitaire", etant donne que ici manque definitivement l'idee unificatrice quelle que soit ou le systeme des valeurs a caractere collectiviste, supraindividuel ou nonindividuel. "La societe ouverte" est ouverte precisement par cette raison qu'elle ignore tous les "teleologies", les "absoluts", les differences typologiques etablies, donc elle ignore toutes les limites qui relevent du domain nonindividuel et nonrationel (suprarationel, arationel ou irrationel, ce dernier terme est plus frequent chez Popper lui meme).

D'autre cote, il y a le camp ideologique des "ennemies de la societe ouverte" ou Popper incluit Heraclite, Platon, Aristote, les scolastiques, aussi que philosophie allemande Schlegel, Fichte, mais surtout Hegel et Marx. Karl Popper trace l'itenairaire de la pensee de ces "ennemies de la societe ouverte", montre unite essencielle de leurs approche aux problemes principales et degage la structure de leur Weltanschauung commune dont les traits caracteristiques sont la negation de la valeur intrinseque de l'individu, d'ou decoule le mepris pour la rationnalite autonome et la tendence de la soumission de l'individu et de sa raison aux valeurs "nonindividuelles et nonrationnelles" ce que aboutit toujours et inevitablement selon Popper par l'apologie de la dictature et le totalitarisme politiques. Popper arrive a la conclusion que "les ennemies de la societe ouverte" dans le domaine phylosophique ne sont que les cerveux mediocres achetes par les tyrans politiques dont la celebrite est due a la manipulation des responsables des regimes totalitaires.

Karl Popper met dans son exposes les points sur les "i", montrant clairement l'unite profonde metaphysique des ideologies apparement contraires -- par exemple, le communisme, le fascisme, le racisme, le conservatisme centraliste. Toutes sont unies par le rejet radical de "la societe societe ouverte" et les fondements antropologiques et philosophiques sur lesqueles celle-ci se base. Pour Popper le totalitarisme de Staline s'explique parfaitement par la doctrine de Marx qui est provenu directement de Hegel qui a son tour etait l'heretier de l'Artistote, Platon et Heraclite, le fondateur ideologique "du parti de guerre" eternel. La meme voie est tracee pour la genese du fascisme europeen -- les memes Heraclite, Platon, Aristote et Hegel. De Hegel la ligne magistrale passe non pas a travers Marx, mais a travers des hegeliens de droit jusque Stapel, Spengler, Gentili et le raciste Rosenberg.

Evidemment les communistes ortodoxes comme les representants de l'extreme droite conventionnele (fasciste ou pas) sont toujours prets a nier l'analise de Popper en rejetant dedaigneusement les rapprochments tant scandaleux puor eux. Les marxistes considerent les hegeliens de droit comme les "ringards" et les "recuperes" par les reactionnaires. La Droite rejet le marxisme comme le produit "du complot" subversif.

Les national-bolcheviques de leur cote acceptent absolument et sans reserves la vision dualiste de Popper et sont totalement d'accord avec sa classification. Mais en revanche ils se considerent eux-memes comme les ennemis convaincus, conscients et resolus de "la societe ouverte". Toute la genealogie de la pensee du "parti de guerre" de Heraclite jusque Hegel et de lui directement a Marx e t a Spengler est l'heritage legitime des NB. Ils sont les neo-hegeliens qui refusent en meme temps la devision entre les hegeliens de droite et de gauche. Ils rejettent d'une maniere absolue "la societe ouverte" et ses fondements phylosophiques -- c'est-a-dire le primaute de l'individu, la valeur de la pensee rationelle, le liberalisme progressif sociel, la democratie egalitariste numerique atomique, la critique libre, la Weltanscuauung cartesienne/kantienne, bref toute la separation insurmontable entre le sujet et l'objet -- ce fondament general phylosophique de tous les humanistes et rationnalistes. Ils revendiquent en revanche tout le contraire. Contre l'idealisme subjectif (morale et irresponsable) et le materialisme aussi subjectif (positivisate dans la science, practique dans la vie quotidiennne) qui sont deux bases de la societe moderne laique enracinee dans les Lumieres et la Revolution Francaise les NB affirment l'idealisme objectif (etatique, national, revolutionnaire, communautaire) et le materialisme objectif (mobilisateur et realiste), en refusant en meme temps de faire la choix entre ces derniers (surtout au niveau politique).

Le principe premier phylosophique du NB est le refus de Kant. Leur identite ideologique se definit par cette pierre d'achoppement. Celui qui accepte la Weltanschauung cartisienne/kantienne, celui est par ce fait meme "l'ami de la societe ouverte". Tous les autres sont ses ennemies. Mais pour NB la grande erreur des droits et des gauches historiques consiste dans le fait de tomber dans la piege du sectarisme ou l'identite veritable des ennemis nes de la societe ouverte s'ouvre a eux memes dans la forme alienee et fracturee, dans la version sectaire qui provoque toujours "la guerre civile fratricide" entre les representants de deux branches de la meme Weltanscauung. Grace a cette ignorance, a l'imperfection de la conscience claire des racines profondes de sa propre pensee "les ennemis de la societe ouverte de gauche" s'alliaient tant de fois avec les defenseurs de cette societe sous la pretexte superficiel de "front commun contre la Droite". Le meme vaut pour "les ennemis de la societe ouverte de droite" -- idealisme subjectif des certains "conservateurs" (toujours liberals) les poussaient a concluir les alliances contrenaturelles avec ces derniers, en s'allienant ainsi de ses racines veritables.

2. Le Non-humain, l'Irrationel, le Destin

Popper monrte d'une maniere convaincante que toutes les formes des doctrines ideologiques des "ennemis de la societe ouverte" ont pour l`axe l'idee de l'Irrationel ce que equivaut pour Popper au refus de considerer comme la realite primordial la Raison humaine critique et les consequences humanistes de la dotrine phylosophique kantienne. L'Irrationel est aussi l'Essence, le But, le Destin. C'est quelque chose qui va contre la liberte de chaque homme d'etre l'homme et rien d'autre. Cette liberte concentre en soi toute la rationalite pour Popper et sert comme base de la construction de la veritable societe ouverte ou il n'y aura aucune autre mesure que l'Homme.

Si les marxistes ou les conservateurs en justifiant ses positions ideologiques insistent sur la rationalite et l'humanisme de ses idees, en essayant refuter les accusations des liberaux positivistes pareils a Karl Popper, les NB cette fois aussi acceptent ses conclusions et reconaissent volontiers l'orientation a-rational et meme non -humaine de leur propre doctrine. Ici les ouvrages des traditionnalistes comme Julius Evola et Rene Guenon aident beaucoup, parce que leurs etudes sur l`essence non-humain et suprarationnelle de la Tradition decouvrent la veritable structure du Sacre qui inspire finalement tous les tendences contraire a "la societe ouverte". Guenon est le point final du developpement historique de l'ideologie anti-humaniste et anti-moderne qui vivifiat toujours les conservateurs (ou plutot les "revolutionnaire conservatifs") historiques a partir de Platon. On ne peut etre plus a droit que Guenon qui rejet toute l'epoque moderne comme "la deviation total" et prevoit le bouleversement escatologique et la fin du monde pour toute l'humanite qui en consrtuisant sa "societe ouverte" a construi en verite rien d'autre que "L'Enfer terrestre". Ce qui Popper veut extirper des textes de Hegel pour demasquer son anti-humanisme latent Guenon et Evola ecrivaient ouvertement noir sur le blanc. Tout est la -- l'appel au facteur Non-humain, le rejet total de la valeur de la raison et de l'individu, l'affirmation de l'inegalite naturelle des hommes, l'appel a la societe hierarchique, la reconnaissance du Destin inevitable de la civilisation et du cours predistine de l'Histoire etc.

Il est interessant dans ce contexte mentionner le fait que Evola a enfluence dans certaine mesure le fascisme italien et quelque peu le national-socialisme allemand, tout en etant dans sa jeunesse lui-mem tres influence par Hegel dont les traces se retrouvent facilement dans ses premieres livres philosophique. Hegelien etait aussi Gentili, l'autre theoreticien du fascisme. Mais Evola en suivant Guenon est alle plus loin que Gentili ou les autres hegeliens de droite et est arrive aux formulations extremes des maximes traditionnalistes.

Quoiqu'il en soit, ce que les fascistes sont les ennemis de la societe ouverte est hors des doutes et la provenance de leurs idees de la philosophie hon-humaniste et classee (a juste titre) par Popper "non-rationnaliste" (Heraclit, Platon, Hegel, Spengler etc.) est certaine. Leur idealisme est toujours objectif -- chez eux "l'Athman se coincide toujours a Brachman", et le moi indiviudel se dissout dans le Soi non-individuel sous telle ou telle forme -- le mythe de Nation, de l'Eglise, de l'Etat, de la Race, de l'Empire, de Surhomme et de la Tradition. "Noumene", "Ding an sich" est pour les fascistes le facteur concrete et central de leur existance qui s'identifie avec l'essence noumenique par le fait heroique d'accomplissement du Destin ou l'individuel se fond dans l'Absolu. L'operation de transormation "theurgique" de "Ding-an-sich" en "Ding-fuer-sich" qui represente pour Hegel l'essance du passage de la raison discoursif vers l'Intellect dialictique est au centre de "praxis" specifiquement fasciste. Cette idealisme objectif et "extremiste" ecrase, bien sur, "petit idealisme" modere et subjectif des personnages de la "societe ouverte" de Popper, parceque la dinamique de la realisation du Destin par chacun fait apparaitre les differences hierarchiques ce que provoque a son tour la domination des forts sur les faibles et les braves sur les timides, en limitant considerablement les libertes individuelles et la portee des conclusions rationnelles des "citoyens moyens".

Le cas des communistes et des marxistes est un peu different. La version marxiste de la doctrine hegelienne propose une forme d'un idealisme quelque peu particulier -- ayant pour l'axe la classe proletarien et affirmant la Weltanschauung materialiste. Selon Popper il s'agit de la meme tendence totalitaire visible deja dans Heraclite et Platon, mais revetu dans la nouvelle forme conceptuelle: le Destin universel (donc l'essence) s'idenifie au communisme, la dialectique du processus historique oeuvre par les rapport productifs, le sujet central de l'accomplissement du Destin est le Soi collectif de la classe ouvriere etc. En autres termes la structure de la doctrine non-humaniste reste la meme et derriere la difference du langage et la particularite des accents transparaissent les traits du meme ennemi de la societe ouverte parce que le Soi collectif de la classe est rien d'autre que la nouvelle version de la caste dominante ou de la contre-elite (selon Pareto) arrivee au pouvoir par la voie revolutionnaire et aussi parce que le "materailisme objectif" totalitaire et universel ecrase le "petit materialisme subjectif" de l'homme moyen ("l'homme humanitaire"), en l'obligeant de renoncer a ses interets individuels au nom des interets collectif, au nom du Destin, au nom de la Cause (irrationnelle pour Popper). L'experiance de l'URSS montre que Popper avait absolument raison en considerant la doctrine communiste comme la doctrine irrationelle et non-humaniste parce que l'Etat sovietique etait en realite la societe totalitaire privee totalement des aspects propres a la societe ouverte. Cette ressemblance du communisme marxiste avec le model concu par "le parti de guerre metahistorique" ("la guerre, selon Heraclite, est le pere des choses") n'est pas due seulement a l'influence de Hegel exerce sur jeune Marx. Si on regarde a plus pres les doctrines des predecesseurs de Marx -- les socialistes utopistes (Saint-Simon, Furrier, Leroux, Cabet, lauteur de terme "communisme" etc.), mais aussi ses parents lointains Tommaso Campanella, Jordano Bruno, Thomas Moore etc. on voit que les motives purement irrationalistes, pleins des reminiscences platonistes et des appels escatologiques/teleologiques sont abondants chez eux. Finalement le courant socaliste des origines etait le mouvement fortement spiritualiste et meme occultiste, et ce n`est pas par hazard qu'on retrouve chez les pensuers de l'ecole socialiste des noms comme Eliphas Levy, Fabre d'Olovet, Saint-Yves d'Alveidre etc.

L'heritage ideologique des fascistes et des communistes de XX siecle est commun non seulement dans le cas de Hegel. Georges Sorel, Theodore Reuss, Vilfredo Pareto, Proudhon, les illumines et les occultistes europeens sont les noms qui peuvent etre revendiques par deux camps des "ennemis de la societe ouverte". Ce n`est pas par hazard non plus que le maitre spirituel de Rene Guenon meme etait Ivan Agueli le socialiste svedois et son initiateur maconnique -- Theodore Reuss lui-meme, l'occultiste, le macon, l'agent des services secretes allemandes et l'ideologue d'anarchisme.

Finalement la nature vertitable du communisme -- mystique, irrationnelle et heroique -- etait mieux comprise par Popper que par les autres esprits occidentaux qui etaient hypnotises par le langage pseudo-humaniste des certains marxistes et par leurs appels a l'heritage de la Revolution Francaise et la Lumiere qui doivenet etre compris "dialectiquemenet" comme "la negation de la negation".

La nature de cette realite Non-humaine qui se situe comme le centre des doctrines des "ennemis de la societe ouverte" et qui pousse les hommes de realiser leur Destin mystique peut se varier selon le cas. Parfois c`est la Nation, parfois, l'Etat, parfois, l'Empire, parfois la Justice, parfois la Classe, parfois la Fois. Les differences dans ce camp-la peuvent etre tres grandes. Mais le fait reste qu'ils sont en meme temps nulles par rapport a la Grande Difference qui separe les ennenmis de la societe ouverte en generale de ses defenseurs. On peut affirmer que on est present ici devant deux formes de la difference. D'un cote "les ideovariations" et d'autre cote, "mixovariations". Les doctrines des ennemis de la societe ouverte sont homogenes au fond et proviennent toutes ensemble d'un et meme source, tout en etant extremment differentes entre elle-memes. Les doctrines quelles qu'elles soyent des defenseurs de la "societe ouverte" restent pour eux toujours profondement etrangeres. Et cette derniere consideration explique pourqoi il y a des querrelles tant brutales et puissantes au sein d'une meme famille politique -- gauche ou droite. Sous la nomination de la Gauche et de la Droite se cachent invariablement deux realites ideologique heterogenes et irreconciliables -- celle provenant des "amis de la societe ouverte" (a gauche ce sont les sociaux-democrates, les democrates-chretiens, les "progressistes", les reformistes etc.; a droite ce sont les conservateurs classiques, les liberaux, les republicains etc.) et celle provenant de ses ennemis (a gauche ce sont les anarchistes, les communistes et l'extreme gauche; a droite -- les fascistes, certaine "extreme droite" traditionnaliste etc.)

Ca Popper comprend parfaitement lui-meme quand il cite pour soutenir sa these la critique de Hegel par Schopengauer qui, tout en etant a droite politiquement peut quand meme etre inscrit dans le camp des defenseurs de la societe ouverte tant son "idealisme est subjectif" et par cela "humain".

3. La methaphysique de la Nation

La Nation est certes une idee moderne et il suffut de renvoyer le lecteur a ce propos aux oeuvres de Julius Evola ou cette these est amplement develloppee. Mais en meme temps, la conception de la Nation possede en soi certaine dimension qui Evola (et les traditionnalistes qui le suivaient) a meconnu. On peut dire que dans la Nation se sont conservees les dernieres traces de ce que Ferdinand Toennis appelait "Gemeinschaft", c'est-a-dire la communaute organique comme le contraire a la societe atomique purement numerique et profane. On peut affirmer que la Nation c'est la dernier fortresse de la communaute devant l'expansion progressive de la societe ("Gesellschaft"). On peut regarder l'apparition des nations historiques de la gauche -- comme la transition de l'ordre traditionnele feodal et imperial vers l'Etat bourgeois et profane. Mais en meme temps vu de droite la Nation c'est la derniere limite qui separe la forme de l'existence collective qualitative de celle purement quantitative, dont la conception achevee est presente dans le model de l'Etat Mondial et essentiellemnt supranational. La nation n'est pas la communaute ethnique ou religieuse homogene et ne se fonde pas sur le systeme des castes traditionnelles cheres aux traditionalistes radicaux et les ethnistes. Mais elle n`est pas non plus le conglomerat des unites quantitatives qui se rassembles dans l'espace artificiellement construit et prive de toute la direction integrante -- de tout Destin sauf l'economie fonde sur l'ideologie marchande et radicalement individualiste.

Aujourd'hui il est evident que l'Etat Mondial concu comme le Marche Mondial n'est pas la perspective lointaine ou chymerique parce que cette doctrine liberale devient peu a peu l'idee gouvernante de notre civilisation. Et ca presuppose la destruction finale des nations comme des restes de l'epoque passe, comme le derniere obstacle devant l'expansion irreststible du mondialisme. Mais la doctrine mondialiste est la forme parfait et acheve du model de "la societe ouverte". C'est la raison pour les ennemis de cette societe de soutenir tout ce qui va contre elle, en essayant parallelemnt de ramener la conception utilisee au niveau plus eleve et plus radical, vers les cimes vertiginaux de l'Irrationel. La metaphysique de la nation se fonde sur cette raisonnement.

Le nationalisme des NB est le nationalisme mystique qui affirme l'existence de certain etre nonindividuel qui represent l'essence du collectif national par dela de temps profanes. Herder ecrivait que "les peuples sont les pensees du Dieu". La doctrine chretienne des sources judaiques affirme de son cote que tous les peuples ont l'Ange pour leur centre qui les guide et les illumine, dont les contours apparaissent dans le cours de l'histoire nationale. Pour justifier l'identification du peuple avec nation on doit faire l'abstraction de la conception jacobine d'Etat-Nation dont la structure est beaucoup plus profane que l'idee du peuple. Donc au niveau metaphysique il est legitime de considirer l'etre de la nation comme l'identite de son Ange qui fait partie de l'hierarchie des pouvoires celestes et ontologiques. De ca suit que la participation dans l'etre de la nation pour chaque son membre equivaut a son identification effective (partielle ou complete dans les cas extremes) avec sa realite ontologique. En s'uniant au peuple l'homme devient "la pensee de Dieu", sort des conditions individuelles, passe a nouveu degree de l'existence.

L'Ange du peuple, etant suprarationnel, n'est pas quelque chose de vague, de confus, d'emotionnel. C'est la realite intellectuelle qui montre ses traits sous l'apparence du passe national, en se refletant dans les changements religeux, politiques, spaciaux et culturel d'un et meme collectif organique. Mais s'Il se montre a travers tout ca Il ne coincide avec rien de tout ca. L'etre de la nation possede sa propre histoire suprarationnelle ou cet etre realise ses aspects differents dans les domaines socielles differents, ne s'dentifiant jamais avec aucun institut religieux, politique ou culturel qui d'aillieurs proviennent de cet etre ou sont au moins profondement transformes par lui. C'est pourquoi on peut "rationaliser" cet Ange, obtenir une idee aproximative de lui et non seulement sentir sa presence dans l'ambiance national actuel, passe ou historique, mais essayer le "saisir" intellectuellement.

Jusque certaine periode la figure humaine et socielle plus proche a la nature de cet Etre national etait "le Roi", qui representait la concentration ontologique de l'etre national dans l'apparence de l'homme qui etait en meme temps plus que l'homme. Cet aspect se traduisait par la sacre du Roi dans les societe traditionnelles. Le Roi seul s'identifiait a l'Ange de la Nation d'une maniere personnelle et en quelque sort individuel, le reste du peuple participait dans la meme realite par l'intermediaire des instituts differents -- religieux, politiques, juridiques etc. Or meme pour le citoyen moyen la possibilite de la participation diretce dans l'etre de la Nation etait parfois ouverte dans les periodes critiques -- les heros nationaux de guerre -- ou par les voies de l'ascese personnele -- les saints nationaux. A partir de quelque moment la structure sacree de la societe a ete abolie et l'identification personnelle du Roi est devenu impossible. Mais ce fait n'a pas aneanti l'etre de la Nation, parce que il n'a pas detruit la nation elle-meme. C'est la forme de la participation et de rationalisation qui s'est changee. Et quand l'idee de la nation devenait puissante et operative, meme dans les societes laiques et nonmonarchistes la figure symbolique du Personnage Central de la nation, du Prince-Ange reaparaissait invariablement.

La metaphysique de la nation ne depend pas des conditions historiques de tel ou tel peuple. Elle reste toujours presente et inchangeable. C'est sur cette idee que les NB par contraste avec les traditionnalistes "academiques" ou "pessimistes" construisent ses doctrines ideologiques. La revolution national reste possible toujours jusque la mort definitive de la nation, jusque l'aneantissment total du peuple. Et le fondement de cette Revolution est la possibilite (theoriquement toujours ouverte) de realiser la nature ontologique de la nation dans l'avant-garde national -- spirituel, politique, ideologique. Il s'agit non des efforts purement humains, il s'agit de la "ressurection de l'Ange", du reveil de la force suprahumaine qui dort a l'interieur des peuples. C'est la provocation theurgique d'en-bas des puissances d'en-haut. C'est la raison pourquoi au centre des mouvements nationalistes se trouvent invariablement les milieux esoteriques. Il suffit de rappeler le groupe UR d'Evola lui-meme ou les loges ariosophistes en Allemangne pre-national-socialiste.

La Revolution National presuppose la realisation de "l'angelomorphose" virtuelle dont le porteur est chaque homme en tant que le membre de la communaute organique. Donc on peut parler ici de la veritable metaphysique comme au niveau collectif aussi bien au niveau de la realisation individuelle.

4. La metaphysique du bolchevisme

Si la Nation est l'idee seulement "moderne", l'idee du bolchevisme doit etre percu comme essentiellemnt antitraditionnelle. C'etait d'ailleurs avis de la majeurite des traditionnalistes. Mais malgre tout l'opposition claire de la dotrine communiste par rapport a la societe ouverte et l'irreductibilite historique du communisme sovietique au capitalisme (l'echeque reconnu des partisans de la theorie de convergeance) nous oblige a faire la revision severe de cette attitude anticommuniste classique propre aux auteurs antimodernes et antihumanistes.

L'explication plus simple de l'utilisation du terme "bolchevisme" dans l'appelation NB evoque l'influence concrete du nationalisme russe exercee sur les idees marxistes au cours de la Revolution d'Octobre. Grace aux etudes de Agoursky ("LIdeologie du national-bolchevisme") cette these est aujourd'hui hors de doute. D'ailleurs les memes idees etaient lancees par l'aile gauche de la Revolution Conservatrice allemande -- surtout Mueller van den Bruck et Nikisch. Mais cette consideration historique (tout en etant vrais et juste) explique peu et reduit toute la valeur du terme "bolchevique" a la realite du terme "nation" avec l'attenuation revolutionnaire et l'apparence de la radicalite. Peut etre, certains gens se reclamant NB s'arretent effectivemenet la. Mais tout ca n'a rien a voir avec la veritable nature ideologique et metaphysique du synthese national-bolchevique.

On pose souvent la question: "Le fascisme est-il a droite ou a gauche?" Mais personne a notre connaissance n'a pas pose cette question: "Le communisme, est-il vraiment a gauche?" C'est a tort qu'on ne fait, ca tout le monde restant sous l'hypnose de la ritorique des communistes eux-memes. L`ideal des marxistes de la branche hegelienne ou les marxistes-leninistes authentiques (nonrevisionistes ou bernsteiniens) n'a rien a voir avec les valeurs humanistes et liberales qui sont comme la marque caracteristique de la gauche. La philosophie marxiste par ses origines hegeliennes reste "irrationnelle", "totalitaire" et se fonde sur la negation totale (quoique dialectique) de l`etat normale de l'humanite actuelle, dont la mentalite est jugee (tres a la Hegel) "quotidienne", "fausse" et destinee a etre aneantie dans le processus de la Revolution Totale. Le facteur Non-humain se donne a sentir dans le communisme (sovietuqye ou non) dans la mesure mille fois plus grande que les experiences modestes du fascisme -- dans le domain de culture et dans le domain sociel. Si on compare entre elles la societe fasciste et la societe communiste en essayant mesurer ou le degree maximum de l'ahtithese par rapport a la societe ouverte etait atteint, on arrive a la conclusion que les communistes ont dans ce sens les succes incomensurablement plus grands.

On doit chercher cette particularite du communisme dans les doctrines memes des ses ideoloques -- Marx, Engels, Lenine, Trozki, Luckazc etc. Si on ignore la maniere pseudo-progressiste et pseudo-humaniste des discours des peres-fonadeurs du communisme, on apercoit clairement que leur Weltanschauung possedait toujours la dimension mystique tres forte, parce que ils prevoyaient tous le changement radicale de toutes les proportions antropologiques, gnoseologiques, et meme ontologiques au cours de la realisation de ses projets revolutionnaires. Derriere les calcules economiques et les slogans pragmatiques se cache une doctrine purement escatologique qui a pour le centre l'action global theurgique comme l'accomplissement final de l'histoire humain avec l'advenement de l'Homme Nouveau (ce terme est essentiellemnt initiatique). Cette escatologie communiste etait transparente chez les socialistes-utopistes, mais elle impregne aussi fortement le raisonnement de Marx et de Lenine eux-memes, quoique envellopee dans le discours pseudo-scientifique et socielle. Donc on peut parler sans guillemet de la metaphysique communiste ou bolchevique.

Cette metaphysique provient de l'application de la doctrine de Hegel (que est la doctrine escatologique liee cette fois a l'Etat et la Nation) au domain de la practique materielle et socielle. Mais l'echange de l'idealisme absolu et objectif contre le materialisme aussi absolu et aussi objectif ne touche pas le sens du systeme ideologique parce que l'Esprit et la Matiere sont deux concepts qui dans la phylosophie moderne sont interchangeables, surtout apres la precisation de Hegel au debout de sa "Grande Logique" que "L'Etre et le Neant ne font qu'une et meme chose". On peut considerer la matiere comme l'antithese a l'Esprit, mais pour la dialectique la negation est l'action positif parceque elle complete jusque plenitude parfait et synthetique la these. Dans cette optique passer de la Matiere a l'Espit est tres facil, ayant en vu non les noms vulgaires utilises par "la conscience quotidienne", mais les conceptions metaphisiques correspondantes. Pour ceux qui auront peut etre la dificulte de reconnaitre ce fait on peut rappeler le cas de la Prakriti indoue, la conception equivalante a l'idee de la Premiere Matiere, mais cette Prakriti est considere dans l'ecole esoterique, initiatique e yogique (donc autenthiquemenet traditionnelle) de Sankhya comme le niveau plus haut de la realisation spirituel en etant par dela des trois mondes manifestes, appartenant au domain des Principes metaphysiques non-manifestes.

La dialectique de Hegel, pleinement acceptee par Marx et Lenine, reflet dans le langage profane et tres souvent incorrect la strucure de la doctrine initiatique traditionnelle.

Cette doctrine qui se retrouve dans toutes les traditions esoteriques affirme que au commencement du monde se trouve le processus de l'alienation de l'Etre Pur ou du Principe qui sort de son Unite. De cette alienation naissent "les etres secondaires" doues de "la conscience souffrante" et de la nostalgie des origines. Grace au processus initiatique, ces etres secondaires et separes du Principe, (allienes, humilies et exploites par le goufre les separantentre de l'Etre Pur) restaurent leur condition primordiale, vainquent l'alienation, en niant la negation, et arrivent a l'etat de la plenitude escatologique tout en gardant conscience de l'histoire de leurs epreuves dans le labyrinthe de l'alienation. A partir de ce moment ils appartiennent au monde nouveu et sont eux-meme les Hommes Nouveaux chez lesquels l'objectif et le subjectif se coincident.

Ce scenario etait applique par Hegel aux realites historique en conformite avec le langage habituel de son epoque et sa mileux. Pour Hegel "L'Idee Absolue" s'aliene et devient l'histoire, en s'identifiant a "Esprit du Monde" (Weltgeist). C`est la phase qui correspomde a "la chute des energies divines" dans les doctrines initiatiques. Par une operation dialectique (dont la phenomenologie -- decrite par Hegel dena sa "Phenomenologie de l'Esprit" -- rappelle tres vivement celle du changemenet du niveau, propre a toute l'initiation, la sotrie de la dualite de la "conscience quotidienne", donc essentiellement profane) les hommes arrives a certain periode historique finale changent le cours de l'alienation original et transforment le "Weltgeist" (Esprit du Monde) en "Neue Geist" (Esprit Neuf - - ce terme est typique pour la designation de l'initie) ce que se reflet par l'apparition du Regnum eschatologique, l`Empire des initie dont les conditions de la vie ne seront plus celle du monde separe du Source. C'est l'idee de la communaute angelique. Hegel voyait le germe de cet Empire de la Fin dans l'Etat Prussien,l'Etat escatologique par exellence, un sort de "Troisieme Rome" ou "Troisieme Reich".

Les marxistes ont elargi cette doctrine de l'Etat Prussien eschatologique a l'humanite toute entiere, pronant la Revolution Mondiale et en individuant la forme sustantielle de l'alienation dans le systeme capitaliste. Le processus "initiatique" qui chez Hegel devait se derouler dans le niveau des intellectuels "scientifiques" prussiens au service de la manarchie, dans le cas des marxistes etait transpose dans la politique activiste et a choisi pour l'instrument central la classe proletarien identifiee a l`etat-limite de l'alienation des "etres secondaires" (les energies sorties de l'Absolu au commencemenet) qui logiquement devraient dorenavant etre en avant-garde de la "restauration initiatique"; "des derniers deveniennent les premiers". L'elimination des bourgeois et des autres classes exploitateurs avait ici la fonction de la desctruction des forces mystiques-sataniques qui sertent comme l'obstacle a l'initiation souvent par le fait meme qu'ils nient l'alienation, veulent tromper "la conscience malheureuse" par l'occultation de la verite de la Chute Originelle. Les idealistes subjectifs etaient consideres par les marxistes-leninistes comme les ennemis gnoseologiques encore pires que les capitalistes ou gendarmes. L'acharnement meme des communistes contre certains types de la philosophie -- surtout contre les neo-kantiens -- montre parfaitement jusque quelle mesure ils etaient conscients des fondements metaphysiques de leur Weltanschauung.

On peut citer ici aussi la veneration des communistes devant les cathares, Jordano Bruno, Compannella et les autres courants initiatiques et escatologiques, la veneration qui ne contradisait en rien leurs materialisme et atheisme proclames. (Sur tout cela voire Normann Cohn ("Les fanatiques de l'Apocalupse"set I.Schavarevic "Le socialisme comme le phenomene de l'hisoire mondial" -- deux auteurs se situent sur la position contraire a celle de NB, mais donnent l'analyse correcte du sujet en question.)

Les NB revendiquent donc cet aspect du communisme, cette necessite de l'initiation radicale, en reconaissant surtout chez les marxistes la volontee de donner a ce processus la dimension de la pratique totale et absolu dont les resultats seront reels seulement dans la transfiguration de la matiere elle meme et des conditions cosmiques.

Les hegeliens de droite tembent souvent dans la piege de l'abstraction, du verbalisme, de l'impuissance praticuqe. Plus que cela chez Hegel lui-meme il ya les aspects sinistres ou il pretend de resoudre certains problemes de la nature initiatique dans les termes ethiques, estetiques ou culturels. Tout ca est le cote parodique de la doctrine hegelien, le cote grace au quel Guenon a appele sa philisophie "le satanisme inconscient". Les marxistes evitent cette forme de la parodie, en sentant tres vivement la faussete de cette solution "culturelle" ou academique du probleme tant primordial. Ils insistent sur la transfiguration concrete et palpable de la realite par l'intermediare des changements sociels et la choix du factur socielle dans leurs doctrines montre leur intuition profonde de la nature "magique" et "Sacree" du pouvoir politique qui est intimmement lie a la qualite de l'ambiance cosmique elle -meme.

Plus que cela les communistes ont individue "les agents de Demiurge", les forces resistantes a l'accomplissement de l'utopie teleologique dans le susteme capitaliste et c'est l'ideologie capitaliste fondee sur le principe l'individualisme qu'est pour les auteurs traditionnalistes eux aussi (pour Guenon notammenet dans sa "Crise du monde moderne") la forme extreme du regresse cyclique de l'humanite.

Evidemment les marxistes-leninistes ont eux aussi les aspects parodiques dans leurs discours qui s'ajoutent aux slogans purement pragmatiques de leur lutte pour pouvoir. Ca se manifeste surtout dans les phases qui suivent la prise du pouvoire ou le ferveur revolutionnaire cede la place a la burocratisation et alienation de l`ideologie. Quand les communsiets operent dans les cadres legitimes des sosiete bourgeoise ils courent le danger d`etre impregnes par les elements de la Gauche progressiste et "kantienne". Plus que cela les textes de Marxe lui-meme ont les traces lamentables de son contexte historique bourre des cliches humanistes et les exlamations pathetique abusives.

La metaphysique du bolchevisme n'est pas le communisme ou marxisme dans leur forme historique. C`est l'horizon transcendant de cette doctrine, la dimension cachee et pas evidente pour la majorite. Plus que cela c'est aux cadres de ideologues extra-communistes ou la prise de conscience de cette dimension est plus facil et plus probable. L'ideologie du NB est dans ce cas la seule qui non seulement cerne cet aspcet, mais l'assimile, le developpe et s'identifie avec lui dans toute la plenitude metaphysique, tandis que la comprehension de la nature profonde du communisme jusque l'apparition de NB etait presqu exclusivemenet l'affaire des anticommunistes et seulement rarement de quelques communistes marginaux.

5. La trinite dialectique

L'ideologie NB a pour l'enjeu de purifier les dotrines historiques des nationalistes et des communistes des restes des prejuges heterogenes provenants des confusions avec les elements "subjectifs" dus a l'aliance contrenaturelle sous le signe de la Droite ou de la Gauche. Le communisme des NB est absolument libre des connotations "anti-fascistes" et leur nationalisme est libre des connotations "anti-communistes".

L'idee de la Revolution proletaire se place dans l'ensemble concrete de la Nation et l'advenement de la formation communiste se concretise par le retour des paradigmes du Sacre, avec le reveil de l'Ange national qui se cristallise dans le figure du Roi-Guide, Fuhrer-Vojd-Duce, l'Homme Nouveau par exellence. La transfiguration de la realite socielle et puis cosmique sera fait sans l'abolition des entites nationales sacres, mais en harmonie parfaite avec ses traits metaphysiques particuliers. L`eschatologie socielle et economique des marxistes sera unie aux autres sorts d`eschatologie -- religieuse, raciale, gnoseologique, etatique, nationale etc. et le tout deviendra le synthese ideologique universel.

Les seuls qui vont inevitablement souffrir au cours de la realisation du projet NB sont les "amis de la soceiete ouverte", les heritiers de Decartes et de Kant, "les popperiens" de droite et de gauche, les liberaux, les rationalistes, "les hommes vieux" tout court qui ne sont que les exploitateurs ontologiques et les valets de Demiurge. Comme les heritiers veritables de Heraclites les NB aporteront le FEU sur la terre, et leur Cause irrationelle humiliera la sagesse de ce monde, de la societe ouverte de ces etres qui ne sentent aucune nostalgie des Origines, aucune douleur existencielle d'etre separe de l'Etre Pur, aucun soif de l'initiation et de la realisation spirituelle.

Au dela de la gauche et de la droite, la Revolution une et indivisible dans la trinite impossible qui uni dialectiquement Troisieme Rome, Troisieme Reich et Troisieme International.

Regnum des NB, leur Empire de la Fin s'est la realisation parfaite de la plus grande Revolution, continentale et universelle. C'est le retour des Anges, la ressurection des Heros, la revolte du Coeur contre la dictature de la Raison.

Cette DERNIERE REVOLUTION est affaire de l'Acephal, de l'Acephal porteur de la Croix, du Faucil et du Marteau, couronne par la Svastica Eternelle.


To send us comments

info@evrazia.og


First Page | Geopolitics | Theory and Ideology | Tradition and Traditionalists | Religious aspects | Conspiracy | Heterodox and occult connections | Artists and works | CR groups, mouvements and parties


This page hosted by Get your own home page

1